09/11/14 Discours Marie-Hélène Ska, manifestation nationale 6/11/2014

Aller en bas

09/11/14 Discours Marie-Hélène Ska, manifestation nationale 6/11/2014

Message par Admin01 le Dim 9 Nov 2014 - 14:33

Bonjour à toutes et tous,
Merci à vous tous d’avoir répondu si nombreux à notre appel en front commun. La police a compté. Nous sommes plus de 100.000.
Merci à vous qui, pour la première fois êtes ici à Bruxelles pour dire avec nous que cela suffit. Il semble que certains voulaient du changement.
Osez le changement était le slogan des élections de 2014 !
Quel changement ?
Quel est le menu servi par le Gouvernement ?
- Un saut d’index : soit en moyenne 907 euros brut par an et par travailleur, tout au long de la carrière.
- Un nouveau gel des salaires !
- Jusque 32% de perte de revenus pour les travailleuses à temps partiel involontaires.
- Jusque 29% de revenus en moins pour les chômeurs âgés.
- Une provocation de plus en fin de carrière : plus de possibilité de sortie avant 62 ans sauf en cas de restructuration.
- Disponibilité totale jusque 65 ans : avec quels emplois à la clef ???


- Recul de l’âge légal de la retraite : vers 67 ans et dans le cadre d’un système à points dont le mécanisme n’est pas connu. Vous - nous aurons donc peut-être une pension mais une pension de misère.
- Fini les crédit-temps sans motif et les possibilités de sortir en douceur du marché du travail.
- Des coupes sombres et linéaires dans tous les services publics : à la poste, à la SNCB, dans la culture, dans la justice.
- Un emploi convenable à tiers temps à 90 kilomètres de chez vous ! Qui dit mieux ? Non, le travail n’est pas une marchandise et non l’Allemagne n’est pas notre modèle à suivre.
Où est l’équilibre ? Où est la justice ?
Oui il est possible de trouver 11 milliards d’euros d’une autre manière :
Ce matin est venue la confirmation que des alternatives existent : le fisc belge a été dribblé par le Luxembourg. Conséquence : 26 sociétés belges ont payé 2.3% d’impôts !!! Et ce n’est qu’un début.
De qui se moque-t-on ?
- Le coût de la fraude fiscale est aujourd’hui de plus de 20 milliards par an.
- Les cadeaux fiscaux aux entreprises font en sorte que la contribution des plus grandes à la construction et au maintien de services collectifs fond comme neige au soleil.
- Le capital est aujourd’hui exempté de toute contribution. Est-ce cela la justice ?
Le signal que nous donnons aujourd’hui est clair :
- Trop c’est trop. Il est temps de corriger sérieusement le tir. Il faut revoir le cap.
- Le déséquilibre de cet accord de gouvernement menace gravement la cohésion sociale.
- Il ne peut être question de faire pression encore davantage sur les travailleurs et les allocataires sociaux en donnant plus de 3 milliards d’euros de réductions de cotisations aux entreprises sans aucune garantie d’emploi.
- Il ne peut être question que les femmes fassent une fois de plus les frais des mesures du Gouvernement : allocation de garantie de revenu, crédit-temps,…

Osez investir dans l’avenir : dans des services publics de qualité, dans une justice capable de fonctionner, dans des bâtiments salubres, dans des transports en commun du 21ème siècle.

Notre message n’était semble-t-il pas assez clair le 23 septembre dernier avec 7.000 personnes rassemblées à Bruxelles.
J’espère qu’il est aujourd’hui clair !
Arrêtez de nous jeter de la poudre aux yeux avec quelques mesurettes sur la création d’emploi attendue. Nous n’y croyons pas et vous-mêmes savez que tout cela ne permettra pas de relancer la machine.
Aujourd’hui le gouvernement est radicalement à côté de la plaque.
Il doit oser reconnaître que ce qui est sur la table est imbuvable pour les travailleurs. Oser reconnaître qu’avec ces mesures, c’est une grave récession sociale qui se présente.
Non ce n’est pas juste un mauvais moment à passer !
Oui ce qui est en route est le contraire du progrès, de l’émancipation.
Mais aussi le contraire de l’efficacité.
Et la concertation dans tout cela ?
Nous l’attendons mais, comme sœur Anne, nous ne voyons rien venir. Aujourd’hui, le Gouvernement doit prendre les travailleurs au sérieux.
Et les employeurs doivent être sérieux : ils reçoivent plus de trois milliards d’euros de réduction de cotisations de sécurité sociale et leur message est : nous ne pouvons prendre aucun engagement.
Qui peut recevoir un tel cadeau en temps de disette ? Et les employeurs se permettent de faire la fine bouche sans même s’engager.

Il ne peut être question pour nous de discuter d’un menu aussi déséquilibré.
Nous avions prévenu.
Nous agissons conformément au plan d’action que nous avons défini en commun.
Nous restons en alerte, pleinement mobilisés. Nous comptons sur vous. Vous pouvez compter sur nous.


Admin01
Admin

Messages : 189
Date d'inscription : 05/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum